Actu Retail

Le merchandising visuel: une responsabilité du retailer (Part II)

retail-intelligence-merchanding-visuel

Comme annoncé mardi dernier, le billet d’aujourd’hui est dédié aux mauvaises pratiques dans le merchandising visuel. Après la révision des bonnes, les mauvaises pratiques sont autant importantes pour savoir ce qu’il faut toujours éviter.

Évitez le produit plié. Traditionnellement, le produit affiché sur des cintres en linéaire ou sur des mannequins a plus de succès que celui exposé sur le mobilier. Placer les vêtements sur des cintres est non seulement plus attrayant et permet de visualiser l’ensemble du produit, mais donne également l’occasion de présenter le produit dans des ensembles et des combinaisons diverses, et par conséquent augmente de manière significative l’achat d’impulsion. De leur côté, les mannequins aident à interpréter le produit, ce qui permet d’en savoir plus sur les vêtements.

Parfois, trop montrer les produits peut devenir contre-productif. Cette idée peut dévaloriser et réduire la valeur ambitieuse du produit. Cette stratégie dépend du type et du positionnement de produits. Pour des magasins dont l’activité est basée sur la rotation, le mieux est de bien montrer les produits pour encourager l’achat d’impulsion. Mais ce n’est pas le cas pour des produits positionnés, par exemple, dans l’univers du luxe.

Si notre magasin est équipe de linéaires avec deux hauteurs, la partie supérieure doit toujours être accessible à la main du client et la partie inférieure ne devrait jamais toucher le sol. La situation qui ne doit pas arriver est la suivante : des linéaires à trois étages dont le supérieur n’est pas à la main du client et les produits qui pendent du linéaire inférieur se posent contre le sol.

Évitez de convertir le magasin en une piste de danse. Les rythmes disco et l’éclairage strident ou trop peu d’éclairage peut distraire le client et détourner la visibilité du produit. Cependant, il y a des exceptions en fonction de la cible, comme les chaînes destinées à des adolescents comme Bershka ou Abercrombie & Fitch, où la musique et la pénombre, respectivement, contribuent à améliorer l’expérience de magasinage.

Évitez d’organiser le merchandising visuel par catégories de produits. Diviser le magasin par catégories de produits (montres, chemises, pantalons et chaussures, par exemple) est non seulement moins dynamique, mais réduit aussi et considérablement le parcours du client dans le magasin et élimine toute possibilité de crosselling spontanée. Un client à la recherche d’une chemise probablement n’achètera pas une autre chemise posée à côté de celle qu’il achète, mais c’est fort probable que ce client achète un autre type de produit qu’il retrouve ‘par hasard’ à côté du produit recherché.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Notifiez-moi des commentaires à venir via email. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.