Actu Retail

Quel est l’avenir du retail ?

retail-intelligence-westfield

Plus d’écrans et moins d’employés. Cela pourrait résumer les nouvelles tendances qui façonnent le nouveau paysage du retail, qui cherche à séduire les nouveaux consommateurs tels que les natifs digitaux et rester compétitif face à l’avancée inexorable du commerce électronique.

Voici cinq conseils que le groupe de centres commerciaux Westfield dévoile à l’issue du rapport How we shop now, what’s next.

Le document a été fait à partir d’enquêtes réalisées à 12.000 consommateurs en Grande-Bretagne et aux États-Unis afin d’identifier les tendances telles que le manque d’assistance personnelle dans les magasins, l’augmentation de la technologie dans les points de vente, le renouvellement constant de l’offre, les offres plus régulières et l’augmentation des loyers.

Dans un premier temps, plus de technologie dans les magasins. Les progrès technologiques ont ouvert une nouvelle gamme de possibilités dans le secteur du retail, ce qui facilite le processus d’achat et élargi l’information que le client dispose. Les fournisseurs de technologie ont sauté du champ de la science-fiction jusqu’aux points de vente, et les consommateurs sont de plus en plus exigeants.

Selon le rapport, plus de trois quarts des consommateurs exigent des dispositifs tactiles en magasin qui permettent des achats en ligne à partir du point de vente physique, tandis que les deux tiers seraient intéressés par l’usage de miroirs virtuels. En outre, plus d’un tiers du groupe des plus jeunes (entre 14 et 34 ans) veille à ce que les nouvelles technologies les incitent à dépenser plus.

En outre, près des trois quarts des consommateurs disent qu’ils utilisent la technologie pour guider et orienter leurs achats, avant ou en venant au magasin. D’autre part, ceux qui utilisent leurs téléphones pour magasiner disent prendre plus de temps pour décider leurs achats.

La technologie fera partie de l’expérience d’achat, même à l’extérieur du magasin. Le consommateur pourra trouver des endroits dans les centres commerciaux avec des zones interactives et non commerciales qui ont pour objectif de plonger les consommateurs dans l’histoire de la marque, ainsi que des vitrines numériques et façades de magasin.

L’autonomie des clients est un autre point à prendre en compte. L’augmentation de l’information disponible par des moyens numériques, tels que le site Web des entreprises de mode et des réseaux sociaux, a augmenté l’indépendance des clients, qui exigent une plus grande autonomie dans les points de vente. 41% des acheteurs en magasin quittent le magasin s’ils se sentent dépassés par le personnel, tandis que plus de 50% préfèrent être seul, sauf s’ils ont besoin d’aide spécifique.

Toutefois, si les clients préfèrent se déplacer plus librement dans le magasin, le service continue à être clé pour l’achat. L’étude révèle que les deux tiers des acheteurs n’achèteront jamais auprès d’un retailer avec un mauvais service. Le groupe entre 35 et 44 ans est le moins tolérant à ce sujet.

Ainsi, le rôle du staff a évolué et il sera présent seulement si le client a besoin de son aide. Les consommateurs peuvent demander le soutien d’un vendeur à travers une application spécifique dans la boutique, par exemple.

Troisièmement, il y a plus de choix et plus souvent. Les chaînes de fast fashion ont fini avec les deux classiques saisons du prêt-à-porter et ont habitués les consommateurs à recevoir une nouvelle offre chaque semaine. Même les grandes maisons de luxe comme Burberry et Tom Ford sont en train d’abandonner le modèle traditionnel pour mettre à disposition les vêtements quelques minutes après le défilé.

Cela conduit à l’émergence de boutiques éphémères, qui offrent des éditions limitées disponibles pour peu de temps. Plus de 50% des utilisateurs apprécient la nouveauté et sont plus enclins à acheter des articles qui ne sont pas vendus massivement.

La chasse aux bonnes affaires en tant que mode de vie. L’émergence de la mode à faible coût, la possibilité de comparer les prix en ligne avant de faire l’achat et des nouvelles habitudes de consommation ont augmenté la sensibilité aux prix. Trouver un meilleur prix ne dépend plus, selon le rapport, de la capacité économique de l’acheteur, c’est devenu un mode de vie. En particulier, les acheteurs de centres commerciaux sont les plus exigeants dans la recherche d’un bon rapport qualité-prix et les moins susceptibles de se soucier de comment sont les articles. Pour répondre à ce besoin, le consommateur peut recevoir des coupons et des offres directement sur son téléphone mobile et comparer les différents prix en ligne.

Dernièrement, louer plutôt que d’acheter. Le loyer est déjà devenu une habitude régulière dans des secteurs tels que l’immobilier ou le transport. Il est conduit ces dernières années par la montée des plates-formes comme Uber et Airbnb. Maintenant, cette tendance est en train d’arriver au prêt-à-porter. Selon l’étude, une personne sur cinq au Royaume-Uni seraient intéressées à louer, plutôt que d’acheter, les articles de son magasin préféré.

Quel est l’avenir du retail ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

douze − quatre =

Notifiez-moi des commentaires à venir via email. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.