Actu Retail

Le modèle retail du prix unique

Marks-&-Spencer-retail-intelligence

Don’t ask the price, it’s just a penny, sous ce slogan a commencé Marks&Spencer sa carrière comme un bazar avec tous ses produits à un centime, à Londres en 1884. Cette philosophie est comparable avec la tendance actuelle de la mode low cost. Quelles sont les clés de ce modèle d’affaires low cost?

Les exemples à travers l’histoire du retail sont nombreux, allant des débuts de grands magasins américains tels que Woolworths jusqu’aux magasins de prix unique en Europe. Voici un modèle d’affaires qui est un succès sans précédent puisqu’il rend facile l’acte d’achat au consommateur.

Les deux clés de ce modèle d’affaire est de savoir s’approvisionner et être capable de traiter des gros volumes. Une façon de répondre à cette façon de faire est de s’allier avec plusieurs fournisseurs dans plusieurs pays surtout dans des pays émergents où les produits sont moins chers.

Ce sont des produits indifférents qui se vendent à un prix unique. Le pilier du low cost est le volume et fonctionne principalement bien dans des villes moyennes, des endroits où les grand opérateurs ne s’y installent pas.

Comme les prix sont bas, les marges sont très basses et la seule façon de générer de la rentabilité est en vendant de grands volumes. Les experts disent que le secret est d’équilibrer l’offre à partir d’une escalade des coûts entre les différents produits.

Acheter à un prix unique est agréable et commode pour le consommateur qui est exposé à une offre infinie de produits. Dans ce sens, ce modèle de prix unique existe aussi dans d’autres secteurs au-delà du low cost, par exemple dans la joaillerie.

Une autre clé de ce modèle d’affaires est la valeur. Le modèle fonctionne lorsque le montant payé par les consommateurs est inférieure à la valeur qui lui donne.

Les gens sont conscients de ce qu’ils achètent, ils connaissent les risques en matière de qualité, mais pour le prix, ils sont prêts à accepter et acheter. Les personnes qui entrent chez Primark n’ont pas besoin de pantalons ou de chemises, elles entrent voir ce qu’elles trouvent. Pour un prix unique, ou du low-cost, ce sont des achats impulsifs parce que le risque est très faible.

Par contre comme toute activité, il y a des limitations. Les activités d’affaires de ces caractéristiques ont tendance à évoluer, c’est la roue du retail. Les enseignes commencent avec des prix très bas mais finissent par les augmenter. Au fur et à mesure que l’entreprise devient plus complexe et augmente les coûts, l’entreprise est forcée d’augmenter les prix pour maintenir sa rentabilité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Notifiez-moi des commentaires à venir via email. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.