Témoignages d'experts

Entretien à Luis Miguel Querol, directeur marketing de l’entreprise Querol

Querol_RetailIntelligence

Luis Miguel Querol, directeur Marketing de l’entreprise Querol, fut un des invités à la rencontre de Fashion Intelligence, un rendez-vous incontournable avec la volonté de revendication des usages de la technologie pour une amélioration de la gestion des entreprises de Retail. Récemment, Luis Miguel s’est interviewé avec nous et nous a raconté son expérience avec les outils technologiques dans le quotidien de sa mission professionnelle.

Pouvez-vous présenter Querol et votre rôle dans l’entreprise ?

Querol est né en 1963 étant le premier magasin de chaussures de Barcelone. Né comme une entreprise familiale qui, grâce à l’initiative commerciale de Miguel Querol et l’empathie avec le client de son épouse Carmen, se développe et se transforme en une chaîne de magasins dont les valeurs ont été et sont l’engagement, la transparence et la qualité humaine. Actuellement Quevel S.L. est une entreprise en croissance avec une équipe jeune et dévouée de professionnels dirigée par Luis Querol.

Avec une vision renouvelée, la société compte quatre chaînes de chaussures (Querol, Querolets, QLab et Outlet) destinées à des publics différents mais avec une stratégie commune: la personnalisation du service à la clientèle, se baser sur les dernières tendances de la mode et l’innovation dans le design intérieur des boutiques situées, à la fois, dans des points stratégiques. L’entreprise compte actuellement 37 points de vente et un siège social dans la ville de Viladecans. La société, avec une présence dans six provinces espagnoles, chausse les espagnols mais aussi les portugais depuis le lancement de sa boutique en ligne en fin d’année dernière.

Querol est une entreprise familiale, quelles sont les différences principales que vous observées par rapport à une autre typologie d’entreprise ?

La société fut fondée par mon grand-père et aujourd’hui elle est gérée par mon père. La vérité est que la seule expérience que j’ai en dehors d’une entreprise non familiale fut pendant mon stage professionnel lors de mes années universitaires. J’ai travaillé dans le département de marketing de Intermon Oxfam et j’ai collaboré avec les département d’analyses et de benchmarketing. En dépit d’être une ONG et avoir donc un but différent, j’ai eu la sensation de travailler dans une multinationale à cause de la complexité des analyses et des rapports qui se produisaient.

Une des principales différences est le degré de maturité dans lequel est chaque typologie d’entreprise. Je pense que la plupart des entreprises familiales, en particulier dans le secteur du retail, ont commencé à se plonger dans le champ de l’information et des connaissances plus tard que les autres entreprises. Il est vrai aussi que l’accès à cette connaissance n’a pas été tout le temps disponible pour tout le monde.

Mon opinion est que les entreprises familiales ont toujours été de grands experts dans le secteur d’activité où elles ont toujours été. Dans notre cas, il s’agit de la vente de chaussures et nous avons beaucoup misé sur l’intuition pour prendre des décisions.

Cependant, la complexité de l’environnement actuel et la vitesse à laquelle se produisent la plupart des changements, nous oblige à nous adapter constamment à de nouveaux environnements. C’est vraiment un défi mais aussi une opportunité, parce que je pense aussi que la capacité de réaction des PME en général est beaucoup plus élevée. Aujourd’hui, avec peu de ressources et une idée lumineuse, beaucoup d’entreprises peuvent surgir et qui par la suite obtiendront un grand succès.

Par conséquent, je veux remarquer la fléxibilité et l’intégration de l’information comme d’autres caractéristiques distinctives entre les deux typologies de sociétés.

Que pensez-vous de la montée de la technologie et du digital dans l’industrie du retail?

C’est un saut qualitatif dans la gestion des entreprises. Non seulement dans le niveau de la direction mais aussi dans les équipes de vendeurs des magasins pour améliorer leur gestion quotidienne du point de vente. Ces outils nous aident à mieux comprendre ce qui se passe dans notre entourage et ce que cherche notre client.

Une deuxième avantage des outils technologiques et digitaux est l’objectivité de l’information fournit, cela réduit considérablement le risque dans la prise de décisions. Mais il ne faut pas non plus devenir fou avec les données, il s’agit de travailler sur les possibles leviers d’améliorations qui vont provoquer l’amélioration des données que nous sommes en train d’analyser.

Il y a aussi la capacité de réaction et planification. Les outils technologiques permettent l’obtention d’information en temps réel et les prévisions sont de plus en plus fiables et servent à un plus long terme.

Finalement, la capacité d’intéraction et la possibilité à l’écoute de nos clients, direct ou indirectement.

Vous êtes aussi utilisateur des outils de Retail Intelligence, pouvez-vous nous expliquer en quoi consiste-t-ils, comment les utiliser et quelles sont les avantages dans la gestion du point de vente ?

Ce sont des outils qui permettent de comprendre ce qu’il se passe dans les points de vente et en temps réel. Ils nous permettent d’agir très rapidement quand quelque chose ne fonctionne pas et de nous dire sur ce que nous devons nous concentrer localement. Ils peuvent être utilisés pour d’innombrables analyses, mais comme je l’ai dit avant, il est important de se concentrer sur la gestion des données, qui affecte directement dans le volume de ventes de l’entreprise.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Notifiez-moi des commentaires à venir via email. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.