Actu Retail

Le rêve du retail n’est plus le Brésil

Le rêve du retail pour le Brésil a disparu. La plus grande économie de l’Amérique latine et celle qui a conduit le miracle des Brics est entré dans une crise profonde et a forcé les entreprises de retail de mode qui avaient parié sur le pays à réorienter leurs stratégies dans le pays. Inditex a été la seule entreprise qui a augmenté ses points de vente sur le marché brésilien, même si elle a ralenti le rythme des ouvertures. Mango avait déjà quitté le territoire en 2013 et Desigual a stoppé ses plans de développement.

Brésil promettait d’être la panacée pour les entreprises retail dans le secteur de la mode quand le pays aspirait à des forts taux de croissance très prometteurs et encourageant pour l’économie du territoire.

Maintenant, le pays traverse un moment délicat. Au cours des dernières semaines, le Brésil a subi une fuite de capitaux, en plus d’accuser un frein sur le financement international.

Pour cela il faut ajouter une dépréciation de la monnaie locale, la monnaie brésilienne a chuté de 40% par rapport au dollar. Une des grandes craintes de cette situation est le conséquent possible ralentissement vers les autres pays d’Amérique latine. Le Brésil représente 56% du PIB du continent.

Malgré cette étape de récession économique, le retail a continuer avec son engagement et le secteur a même augmenter ses ventes dans le marché brésilien.

Les enseignes retail qui ont misé sur l’internationalisation et ont opté pour le Brésil, ont majoritairement stoppé ses plans d’expansion. Cependant, cette mesure n’a pas été suffisante et la plupart se retrouve aujourd’hui à lutter aux tarifs élevés qui augmentent le prix final des produit en plus de mettre en danger des groupes retail qui soutiennent son succès par des petits prix.

Le géant du retail, Inditex, compte parmi des seules entreprises, à avoir augmenté ses points de vente depuis 2011. Le géant Inditex est le seul depuis 2011 a augmenté ses points de vente à Rio sol. Bien que en 2012 la société a ajouté 41 points de vente dans le pays, en 2014 le chiffre était de 62 et maintenant, le groupe compte avec 66 établissements répartis entre Zara et Zara Home. Mango, quant à lui, a choisi la stratégie inverse, et en 2013 a quitté le pays en baissant le rideau de son seul point de vente. Desigual, de son côté, a refroidi sa stratégie d’expansion et si l’année dernière comptait avec quatres points de vente dans le pays, actuellement il n’y a que deux magasins Desigual, tous les deux dans des centres commerciaux. L’ambition de Desigual est d’ouvrir 450 points de vente en Amérique Latine mais en laissant de côté le Brésil.

Quel sera donc l’avenir du retail au Brésil ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Notifiez-moi des commentaires à venir via email. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.