Actu Retail

La pérennité de la période des soldes

La période de soldes arrivant à sa fin, c’est la première année dont les soldes flottants ne sont plus au programme. Les retailers maintiennent un déroulement du jeu plus juste, les idées originales sont au menu, à voir la stratégie des Galeries Lafayette.

La radiographie des consommateurs reste, encore une fois, incertaine. Il y a les ventes onlines, il y a la crise et des événements politiques inattendus qui bouleversent l’atmosphère en France.

Selon les premiers résultats d’un sondage réalisé par Ipsos, cette année 76% des Français ont l’intention de faire les soldes, mais ils ont la particularité d’être indécis, plus connectés et se tournant vers l’achat pratique ; 73% d’entre eux vont profiter des soldes pour effectuer des achats-besoins et seulement 27% d’entre eux prévoient des achats plaisirs (30% pour les consommateurs ayant moins de 35 ans). La crise est un facteur qui continue à générer une certaine sensibilité chez le public français. Ce fait entraîne une considérable diminution des achats « coup de cœur ». Cette année les français ont prévu de moins dépenser pour ces soldes, avec un panier moyen de 172€ (contre 182€ et 205€ pour les soldes respectives d’été 2014 et d’hiver 2014). Cependant, il y a toujours un quart des français qui déclare « ne jamais se fixer de budget ».

Au-delà de cette mise en scène qui commence à devenir récurrente, le basculement vers les ventes en ligne est croissant par rapport à l’an dernier. On pourrait penser que les stratégies multicanal commencent à prendre forme au sein des enseignes et que la distribution magasin physique et magasin online commence à être équitable. Les rabais conséquents ne suffisent également plus à attirer les clients et les grandes enseignes tentent de réenchanter cette période clé pour le retail. Les Galeries Lafayette, par exemple, s’y sont pris à temps, et ont mis en place des stratégies originales qui pourraient susciter l’attention d’un public créatif et exigeant. Ainsi, les Galeries Lafayette ont inauguré une opération avec la société de consommation collaborative AirBnB, en offrant via un concours la possibilité à quelques clients de dormir dans le grand magasin la nuit précédant l’ouverture. Ainsi tous les hôtes pouvaient profiter de l’avant-première des réductions proposées par Galeries Lafayette. Selon Agnès Vigneron, la directrice des Galeries Lafayette « Il s’agit de redonner un côté festif à l’événement, de lui rendre un aspect magique et féerique ».

Mais ceci est possible dans le cadre de grandes entreprises retail telles que Galeries Lafayette. Que se passe-t-il du côté des plus indépendants ? Les petits commerces ne peuvent pas se permettre la mise en place de grandes stratégies, ou d’alliances avec d’autres compagnies, ou encore de réduction capricieuses, etc. Ils se plaignent d’un système qui va à deux vitesses: les gros s’en sortiront en appuyant encore sur le facteur de la compétitivité tandis que les petits vont commenceront à disparaître petit à petit.

Cependant, pour les petits comme pour les grands il y a toujours des stratégies basiques qui vont, par tous les moyens, augmenter le taux d’attractivité. Le design de la boutique est essentiel et la créativité n’a pas de valeur onéreuse. Quand on parle de remises, il ne s’agit pas seulement de pourcentage réduit du prix initial. Ces remises peuvent être personnalisées selon la typologie des clients, elles peuvent être également en relation avec la quantité des achats effectués ou bien avec la typologie des produits achetés. Un fonctionnement différent aux soldes traditionnelles attirera toujours attirer des clients potentiels et par conséquent augmenter le taux de transformation de votre enseigne.

Les premiers jours des soldes étant souvent une perception fort semblante à la réalité à venir, les attentats en début d’année à Paris confirmeront définitivement cette perception. Selon un sondage mené par Toluna, 45,7% des français se sentent plus en insécurité, il y a aussi un manque d’activité (18,9%), la possibilité d’attendre (18,4%) et la solidarité envers les victimes (15,4%).

Les soldes ne sont plus l’événement clé pour le retail. La société change, les modes de consommation aussi, le système et les administrations suivent et évoluent en conséquence. Aux portes de la société de l’information et de la connaissance, les industries doivent s’adapter d’où l’évolution nécessaire du retail, de son fonctionnement et de ses stratégies pour l’avenir. Les soldes existeront-elles toujours ? Comment le fonctionnement des soldes du futur sera-t-il conçu ?

Qu’est ce que le Retail Intelligence® ?