Actu Retail

Comment analyser le succès ou l’échec des soldes d’été 2014?

Les premières études réalisées par Ipsos/Steria confirmaient le souhait des français de se faire plaisir pendant les semaines de soldes. 76% des français ont déclaré leur intention de faire les soldes et parmi eux 86% ont exprimé leur volonté de se faire plaisir via un achat spontané. Ces études ont démontré un autre signe positif : le budget moyen déclaré de l’ordre de 226€ ; ce qui représente 18€ de plus que l’année précédente. Cependant, la crise est en effet toujours bien présente dans l’esprit des français. Par ailleurs, l’objectif principal reste la chasse aux bonnes affaires : plus de la moitié des Français comptaient aller faire les soldes dès les premiers jours.

Les tendances de cette période de soldes sont les repérages et les centres commerciaux. 55% des français ont l’intention de repérer les bonnes affaires avant l’heure des soldes, il s’agit d’une tendance à la hausse depuis quatre ans. 30% d’entre eux déclarent aussi de faire des repérages à la fois en magasin et sur internet, contre 23% en 2010.

Le centre commercial, en plein essor récemment, est le lieu privilégié de l‘acte d’achat pendant les soldes. 82% des français prévoient de se rendre dans des centres commerciaux pour faire leurs soldes.

Jean-Michel Silberstein, délégué général du Conseil National des Centres Commerciaux (CNCC), argumente « Les centres commerciaux plus que jamais continuent à s’imposer comme les leaders incontestés des soldes en accroissant leur part dans les intentions de visites exprimées par les sondés ».

Presque à la fin des soldes, la réalité des semaines écoulées est toute autre, elle marque d’ailleurs un point négatif. C’est malheureusement à cause des soldes flottants que le démarrage des soldes n’est jamais aussi satisfaisant que l’on peut imaginer. La détonante chasse aux bonnes affaires n’a donc pas eu lieu cette année.

Quelle est la raison de cet échec commercial ? Le mauvais temps ? La crise ? La coupe du monde ? Il y a plusieurs raisons possibles.

Pour la prochaine session des soldes en hiver 2015, la récente loi Commerce inaugure un format différent : les soldes ne dureront plus cinq, mais six semaines. L’existence des soldes flottants prendra fin le 31 décembre 2014. Les polémiques, surtout issues du secteur du prêt-à-porter, restent à vif.

En Espagne, le succès et l’activité de cette période se calculent à travers les flux piétons. L’Index TC-Street est un recueil des données des flux piétons analysés pendant les semaines des soldes dans 56 villes différentes. Grâce à cet index, il est possible de comparer, quantitativement, les différences avec les années précédentes. Il est également possible de faire cette comparaison parmi les différentes et principales rues commerciales de ces villes. Le flux piéton des Champs-Elysées est-il plus ou moins élevé que celui du boulevard Haussmann ?

Cette étude sert également pour les analyses des réformes de lois telles que la réforme des horaires d’ouverture et de fermeture des magasins, ou bien encore pour la permission d’ouverture des commerces le dimanche. Ces données permettent à la fois d’analyser si la réforme a ou non du succès; et d’arriver à des consensus entre ceux qui sont pour ou contre des changements comme ceux dits précédemment.

Pour conclure, je vous invite à débattre de cette période de soldes à travers un groupe ouvert sur Linkedin. Pour joindre le groupe, cliquez ici.

Qu’est ce que leRetail Intelligence® ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Notifiez-moi des commentaires à venir via email. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.