Témoignages d'experts

Entretien avec Gibet Moll, Responsable d’Expansion de Nice Things

L’enseigne de mode et accessoires Nice Things, créée en 1995 par Paloma Santolalla et Miquel Lanna a misé sur l’internationalisation. Dans le contexte de crise économique dans lequel on vit, beaucoup d’entreprises misent sur l’internationalisation comme une réponse à la crise. Gibet Moll, responsable d’expansion nous explique l’activité de la société Nice Things.

Pouvez-vous présenter Nice Things aux lecteurs de Retail Intelligence®?

L’enseigne de mode et d’accessoires Nice Things qui fait partie de l’entreprise espagnole Intermalla S.L. a été créée en 1995 par Paloma Santaolalla et Miquel Lanna. Ayant son siège social à Barcelone, Nice Things s’occupe de la création, de la production et de la commercialisation de ses produits à travers différents canaux de vente. Depuis le lancement de la marque dans le marché, son développement a été constant. Nice Things s’est consolidé comme une marque qui se différencie par ses créations 100% propres, sa façon personnel d’apercevoir la mode et la conception originale de ses points de vente.

Actuellement, quels sont les pays dans lesquels Nice Things est présente ?

La marque espagnole est opérationnelle à travers 4 canaux de distribution et dans les marchés suivants :

a. Magasins propres: 23 en Espagne

b. Franchises mono-marque: 37 franchises (13 en Espagne, 9 en France, 8 au Portugal, 1 en Andorre). Les franchises disposent des collections « nice things » au complet et comptent avec la décoration et l’image corporative de l’enseigne.

c. Magasins multi-marques: Nice Things est présente dans plus de 1200 points de vente et dans différents pays d’Europe tels que l’Allemagne, la France, la Grèce, l’Italie, le Portugal, la Suisse, le Royaume-Uni, la Suède, la Belgique, l’Hollande et la Russie. De plus, Nice Things exporte ponctuellement ses produits vers des pays d’orient tels que le Japon, Singapour et Taiwan.

d. Centres Commerciaux: El Corte Inglés (Espagne), Citadium (Paris), Fenwick (Royaume-Uni) et La Rinascente (Italie).

Pensez-vous que l’internationalisation est une bonne solution pour la crise économique ?

Nice Things mise depuis longtemps sur l’internationalisation. Les bons résultats obtenus des marchés étrangers sont le résultat de l’orientation vers ces marchés qui s’est fait le long des dernières années. Il s’agit d’une décision stratégique de la marque mais il ne s’agit pas d’une solution à la crise.

Est-ce que Nice Things suit des critères particuliers dans la recherche de nouveaux marchés?

D’une part, l’affinité de la marque. Ensuite, le prix appropié pour le marché. Dans certains cas, il s’agit de marchés sur lesquels nous avons déjà quelques clients qui nous ont connus lors de salons internationaux dans lesquels nous avons participé. Ces clients nous permettent de réaliser un test sur le marché afin de comprendre si le marché nous correspond, si notre marque fonctionne et si le concept et les prix proposés correspondent à la demande. Cette étape de test nous permet d’étudier en détail le marché et d’évaluer son potentiel de pénétration.

Vous venez juste d’ouvrir deux nouveaux points de vente en France. Quelles sont les raisons qui vous ont incité à miser sur le marché français ?

Le marché français correspond au style « nice things ». Nos créations sont très bien reçues par les français. Suite à l’Espagne, la France est notre deuxième marché multi-marque. L’objectif principal est le développement du canal retail et la consolidation de la notoriété de marque en France. Actuellement, nous avons 7 magasins Nice Things ouverts en France et bientôt nous allons ouvrir 2 nouveaux points de vente à Lyon. La totalité de ces points de vente sont des franchises. Nous sommes en train de concrétiser les détails pour l’ouverture de 2 magasins propres, ce seront les premiers magasins propres à la marque qui seront en dehors de notre pays d’origine.

Vers quelle direction pensez-vous que le secteur du retail devrait se diriger dans cet environnement qui est en constante mutation ?

Le secteur du retail se dirige vers des concepts et des marques de plus en plus définies et qui apportent des produits et des valeurs différentielles à ses clients. Il est nécessaire de rester toujours fidèle au concept de marque et de ne pas perdre son identité corporative. S’adapter aux changements et évoluer sans ne perdre aucun des signes qui nous différencient comme marque est en définitive ce qui nous permet de conquérir nos clients.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Notifiez-moi des commentaires à venir via email. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.