Actu Retail

Le positivisme des soldes

Suite à la première semaine des soldes d’hiver nous pouvons déjà discuter de la mise en scène d’un moment émouvant et attendu, mais qui cette année est malheureusement agité à cause de la crise économique et d’un modèle de consommation en pleine évolution.

Les données quantitatives des soldes témoignent de l’évolution d’une crise de plus en plus vivante. Selon plusieurs enquêtes, plus de trois quarts des Français vont se lancer dans les magasins ou sur Internet pour ces soldes d’hiver qui dureront cinq semaines. Les remises sont de l’ordre de 60% et 70% dès le départ des soldes. Malgré l’attractivité de ce scénario, le budget des français va passer de 244 à 223 euros cette année (enquête Ipsos). 45% des consommateurs français ont déjà décidé d’acheter moins que l’année précédente alors qu’ils n’étaient que 39% à afficher cette volonté en 2012. Parmi ceux qui ne feront pas les soldes, 22% expliquent qu’ils n’en ont pas besoin et 15% argumentent leur impossibilité due à leurs économies insuffisantes (sondage Harris Interactive).

Malgré l’ambiance plus détendue et différente des années précédentes, pendant lesquelles le stress et la panique des consommateurs à la chasse aux aubaines illustraient cette période, à Paris les soldes ont commencé en puissance.

Après le premier jour des soldes, le directeur du centre commercial Printemps-Haussmann à Paris se félicitait «Dès 7H30, il y avait déjà plusieurs centaines de personnes qui attendaient. Cela a continué sur le même rythme toute la journée. Nous allons réaliser sur ce premier jour une croissance à deux chiffres aussi bien en termes de fréquentation que de chiffre d’affaire par rapport à l’an dernier ». Le délégué du Conseil National des Centres Commerciaux fait de même « Nous avons enregistré dès le premier jour 15,2 millions de visiteurs dans les centres commerciaux, soit légèrement davantage que notre prévision de 15 millions».

Mis à part des portefeuilles plus restreints, Internet et l’évolution des cyberacheteurs et de la vente en ligne jouent aussi un rôle important. D’un côté, la popularité d’Internet et des médias digitaux met en place l’apparition de nouveaux modes de communication entre la marque et ses clients. L’envoi de textos et de mails est une pratique qui s’est généralisée pour les grandes enseignes afin d’indiquer l’ouverture de la période des soldes, les horaires du point de vente pendant les soldes et toutes les remises disponibles en boutique. D’autre part, une enquête réalisée par l’Institut CSA explique que 7 internautes français sur 10 envisagent de faire leurs achats sur Internet à l’occasion des soldes d’hiver 2013 parmi lesquels les femmes seront plus nombreuses. Contrairement à la diminution du budget des consommateurs offline pendant les soldes, les internautes dépenseront 10 Euros de plus cette année.

Les soldes continuent d’être un moment de fête pour les Français, leurs intérêts pour ne pas manquer l’occasion ne se dément pas, l’important flux piéton présent le premier jour est un bon argument. L’essor des cybers acheteurs et de la vente en ligne est une opportunité pour les retailers pour mettre les soldes au service du web to store afin de générer du trafic depuis le web au magasin.

En savoir plus sur le Retail Intelligence®

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Notifiez-moi des commentaires à venir via email. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.