Actu Retail

Un monde sans argent, des boutiques sans caisses

Auteur: Alicia Davara – Source: Distribucion Actualidad

La moitié de la population mondiale disposera de téléphones intelligents en 2015. Les utilisateurs de tablettes ont augmenté de 300% en seulement 6 mois. Voici la clé qui tourne autour des développeurs travaillant sur les plus innovantes technologies appliquées au Retail, au design, au point de vente et aux entités financières et moyens de paiements. Retaileurs et développeurs, voici le début d’une nouvelle ère qui peut laisser supposer la fin de l’argent liquide.

Les avantages qui ont porté les moyens de paiements électroniques à leur massive popularisation trouvent aujourd’hui de grands alliés dans la technologie mobile et avec elle de nouveaux systèmes de paiement qui s’étendent rapidement. En plus de l’aspect pratique, les consommateurs trouvent d’autres avantages basés sur des systèmes de fidélisation liés à des offres, des bons de réductions ou des facilités de services. Tout cela au profit des fournisseurs qui proposent un simple système de paiement, dans ce cas le mobile, un champ complexe et infini pour le marketing et les marques.

Des opportunités détectées depuis plus de deux ans par les opérateurs et les entreprises technologiques leader et qui transformeront le secteur, des finances jusqu’au plus complexe et compétiteur monde commercial.

Google Wallet

Remplacer les terminaux de paiement ou les cartes de crédit est un objectif complexe vu la variété des éléments qui rentrent en jeu. En plus de la nécessite technologique, il faut coordonner les banques, les émetteurs de cartes de crédits ou de débits, les entreprises téléphoniques, les voies de paiement, les fournisseurs de produits, les boutiques ou autres établissement commerciaux ou de services.

La plus grande entreprise technologique au monde, Google, a mis en marche en octobre 2011 le Google Wallet. Un système de paiement à travers les Smartphones qui n’est pour le moment disponible que sur Android. Le service fonctionne grâce à une puce NFC (Near Field Communication) régulée par le système PayPass de Mastercard et qui permet un échange de données entre deux dispositifs proches l’un de l’autre. L’acheteur n’a qu’à approcher son téléphone – ou tablette – dans lequel il a au préalable renseigné ses données de cartes de crédit pour réaliser le paiement de ses achats, mais également utiliser les points de sa carte de fidélité tout en profitant d’offres et promotions dans le point de vente.

En plus de Google, Nokia, Sony ou Blackberry ont également opté pour la technologie NFC. Par ailleurs, Apple semble également se décanter pour utiliser cette technologie, ce qui provoquerait un fort impact dans l’implantation définitive des systèmes de paiement mobiles.

Un futur sans caisse?

Il s’agirait plutôt d’un futur sans terminaux de caisse POS. C’est déjà une réalité dans certains cas, peu. Le lourd investissement freinant l’implantation.

C’est déjà une réalité dans les pays orientaux depuis des années, au Japon ou en Corée, et dans le reste du monde le paiement mobile est naissant. Il existe une multitude de commerces utilisant le système Google Wallet, et spécialement aux Etats-Unis. Des chaines comme Gap ou Toys’R’Us offre déjà dans leurs boutiques la possibilité de payer à travers le Smartphone des clients.

Une expérience d’achat qui se tient dans la diversion, la commodité, l’efficacité et le temps, sa plus grosse valeur ajoutée. La boutique et ses produits deviennent acteurs, pas seulement dans le besoin de l’acte de vente, mais de la praticité et pourquoi pas de la diversion. Les développeurs de systèmes de paiement connaissent bien la niche de marché croissante qui existe auteur des classiques terminaux de vente malgré les avancées présentées ces derniers temps par les fabricants.

Tablettes et Smartphones. Loisir et business

Huit des entreprises du Fortune 100 sur dix comptent sur des projets concrets pour utiliser des tablettes dans leurs affaires. Entre elles, beaucoup de grandes compagnies du Retail. Et d’autres pas si grandes que ça. Les possibilités du business mobile sont infinies. Ne parlons pas de ses applications dans les entreprises de vente de produits et services.

Les chiffres du marché américain ne laissent pas de doutes. Les ventes online réalisées depuis un dispositif mobile ont dupliquées dans les derniers mois de l’année, atteignant 3,74% du total des ventes électroniques.

Son acceptation massive par le consommateur a conduit les fabricants à présenter de nouveaux modèles à des prix plus économiques. Dans les tablettes, tout n’est pas Apple malgré les 1,43 millions d’iPad vendus dans le dernier trimestre 2011. 6 millions de Kindl FIRE de Amazon se sont vendus dans la même période à 199 dollars, moitié moins que l’iPad. Tout ça sans compter les tablettes vendues pas Sony, Asus ou LG, toutes basées sur le système opératif Android.

Les prévisions signalées par les analystes parlent d’une explosion de la tendance connue comme BYOD (Bring Your Own Device) ou ce qui est la même chose, doubles usages des dispositifs mobiles, dans le loisir ou le travail. De fait, il semblerait que ce soit l’année de l’explosion de l’usage des tablettes et Smartphones, tant en entreprise qu’à l’extérieur.

SEPHORA DANS MEATPACKING, EXPERIENCE UNIQUE DANS LE PAIEMENT MOBILE

L’utilisation de dispositifs tablettes dans les points de vente et ses multiples applications, consulter des offres, des promotions, comparer les prix ou même réaliser un achat en ligne depuis un espace physique du point de vente, tout cela commence à s’étendre chez quelques Retaileurs. Les possibilités sont multiples et les boutiques sont celles qui choisissent telle ou telle stratégie marketing. La dernière connue, celle de la chaine britannique de supermarchés Sainsburry et ses caddies Sky go trolley, équipés d’une tablette et d’haut-parleurs qui permettent aux clients de voir les évènements sportifs tout en réalisant leurs achats.

Le paiement à travers le mobile peut, du moins dans les pays occidentaux, s’étendre très rapidement. Aux Etats-Unis, la première enseigne à s’être équipé de dispositifs de mobilité a été Sephora, propriété du groupe LVMH, en profitant de sa récente arrivée dans la zone la plus « cool » de New-York, Meatpacking District, à l’ouest de l’ile de Manhattan. Le quartier le plus tendance de toute la ville.

Son passé industriel, fabriques et abattoirs, extrêmement dangereux au siècle passé, s’est converti en un espace de tendances. Le Musée d’art contemporain, d’exclusives boutiques de designers internationaux, restaurateurs, bars et discothèques de luxe ont remplacé l’industrie du siècle passé. Même la fameuse marque à la pomme croquée a ouvert sa boutique la plus emblématique il y a quelques semaines, sans rien à envier à la boutique se trouvant sur la 5eme avenue.

La boutique Sephora de Meatpacking District, ouverte en septembre 2011, réunie les applications technologiques pour le point de vente les plus modernes. C’est d’ailleurs la première boutique Sephora au monde qui dispose d’iPads repartis dans tous l’espace de vente pour permettre la recherche de produits, s’informer et interagir avec eux.

C’est également la première boutique au monde dans laquelle les terminaux POS et TPVs ont disparu. Le paiement se réalise à travers les dispositifs mobiles. Seule une petite caisse « à l’ancienne” est présente pour les clients exigeant un paiement traditionnel. Un check out plus rapide, efficient et facile.

Qu’est ce que le Retail Intelligence?

3 comentarios en Un monde sans argent, des boutiques sans caisses

  1. Pingback: Un monde sans argent, des boutiques sans caisses | Retail Intelligence | E-tailing | Scoop.it

  2. Pingback: Un monde sans argent, des boutiques sans caisses, le commerce digital | Commerce digital | Scoop.it

  3. Pingback: Un monde sans argent, des boutiques sans caisses, le commerce digital | Économie de proximité | Scoop.it

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Notifiez-moi des commentaires à venir via email. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.