Actu Retail

Technologie, marketing et capitalisme responsable, Retail du futur

Source: Distribucion Actualidad

De la stratégie de défense, les retailleurs passent à l’action pour impulser les ventes, améliorer les marges et fidéliser

Face aux stratégies 100% prix, le temps est venu d’investir dans des solutions appliquées pour impulser les ventes, améliorer les marges tout en créant de l’expérience d’achat et en fidélisant. Après quelques années à la défensive, les retailleurs les plus innovateurs ont investis dans des solutions technologiques qui apportent de la valeur à d’autres modèles d’achat et qui sont déjà une réalité. Avec eux, de nouvelles stratégies marketing sont arrivées dans le Retail et dans la partie la plus haute de la chaine, les business modèles. Appuyés sur la technologie, les retailleurs sont passés à l’action comme nous avons pu le constater lors du Retail’s Big Show.

Technologie appliquée pour impulser les ventes, améliorer les marges et créer de l’expérience d’achat tout en fidélisant. Après des années à la défensive, « les retailleurs sont de nouveau dans l’action » d’après Deborah Weinswig, Directrice de Citi Investment Research dans son intervention au Congrès de la NRF dans une session qu’elle a partagé avec Kevin Boyanowsi, Vice-Président de Familly Dollar Stores qui a expliqué `à l’audience comme sa compagnie a réussi à impulser la croissance dans un contexte économique à la baisse.

Beaucoup de points qui ont produit ces changements sont dus à un investissement plus important en technologie dans cette période de crise, comme une forme de protéger les couts et les marges. Pour Weinswig, il existe une série de tendances qui marqueront l’évolution du Retail dans cette année 2012 et dans les prochaines années. Les détaillants doivent maximiser au maximum l’optimisation de leur investissement technologique avec des politiques attractives pour les clients à travers des expériences d’achat à travers les dispositifs mobiles.

La convergence sera fondamentale, pas seulement dans les différents stades de la supply chain, mais également entre technologie et plans de marketing rationnalisant l’offre de produits, se connectant avec les fournisseurs à travers des plateformes B2B, protégeant sus données avec des technologies sures, recommandant de regarder vers le nuage la meilleure manière d’obtenir des données adéquates et correctes au moment adéquat. Weinswig attend également une réactivation de la technologie basée sur les systèmes de radiofréquence, RFID.

Hugo Bethlem, Vice-président exécutif du groupe brésilien Paô de Açucar va encore plus loin. En ne voulant pas, l’acheteur de demain n’aura pas besoin de se rendre dans un point de vente physique. Il suffira d’interagir sur chacun des dispositifs électroniques pour le laisser décider quoi acheter, avec la meilleure offre ou celle qui l’intéresse le plus, quand et où il préfère être livré. En plus, il pourra obtenir des recommandations de ses personal shoppers, beaucoup d’entre eux, des amis virtuels sur les réseaux ou des marques qui transmettent de la confiance à travers leurs relations sociales online.

Tout cela sera possible, c’est presque déjà le cas. Les boutiques physiques devront réaliser un énorme changement dans leurs structures, organisations, investissement et gestion pour attirer les acheteurs dans leurs espaces physiques à grande valeur ajoutée, d’achat comme d’expérience. Pour cela, le plus important est le changement de mentalité, dans l’aptitude. Certains l’ont déjà appliqué avec succès.

Enfin, la session dédiée à analyser le déjà vieux capitalisme basé sur les théories de Milton Friedman qui limitent l’obligation de l’entreprise à rendre heureux ses actionnaires, par le CEO de Container Store, Kip Tindell, « un modèle qui ne fonctionne plus ». Il se base sur l’exemple de la bourse de New York dans laquelle les entreprises avec des modèles sociaux génèrent neuf fois plus de bénéfices. Ce thème est également animé par Walter Robb, CEO de Whole Foods, une entreprise dont le modèle de gestion se base sur une manière de penser plus ample qui englobe le fait d’obtenir un bénéfice pour tous : pour les citoyens et une alimentation plus saine, pour l’agriculture en l’orientant vers une voie plus durable, pour les collaborateurs et fournisseurs en leur offrant de meilleurs opportunités. « Les entreprise qui obtiennent des collaborateurs satisfaits, obtiennent des clients satisfaits ».

Qu’est ce que le Retail Intelligence?

Un comentario en Technologie, marketing et capitalisme responsable, Retail du futur

  1. Pingback: Technologie, marketing et capitalisme responsable, Retail du futur | Retail Intelligence | Scoop.it

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Notifiez-moi des commentaires à venir via email. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.