Actu Retail

Les analystes de l’environnement offline

Ceux qui nous dédions à l’analyse web, ou ceux qui savent de quoi nous parlons, quand nous naviguons sur internet nous sommes conscients que notre comportement est en train d’être mesurer pour être ensuite analysé (dans le meilleur des cas).

Néanmoins, quand nous marchons dans un centre commercial, nous ne sommes pas conscients que les boutiques sont en train de mesurer notre comportement. Et je ne fais pas seulement référence aux caméras de surveillance, qui comme son nom l’indique sont installées pour prévenir du vol, mais à une série de lecteurs ou compteurs qui mesurent par exemple le nombre de clients potentiels qui passent chaque jour devant des boutiques, ceux qui s’arrêtent devant la vitrine ou encore ceux qui rentrent,…

Le film Minority Report commençait déjà à annoncer l’étude du comportement du shopper.

Ces technologies de comptage dans un environnement offline a un nom : le Retail Intelligence, qui se définit comme étant l’ensemble des outils et applications basées sur la création et gestion de la connaissance générée dans les opérations d’une entreprise du Retail.

Concrètement en France, quelques entreprises se dédient à cette activité, comme c’est le cas de T-Cuento qui recueille des données (paramètres du comportement des flux du shopper) pour que les clients de T-Cuentopuissent gérer au mieux leurs stratégies, et c’est le cas de Danone, Vodafone ou encore Orange.

Dans le cas du e-commerce, les choses sont également très claires, les clients potentiels sont les visites reçues par les distincts canaux du web (trafic direct, moteurs de recherche, publicité,…) desquels on peut analyser des indicateurs comme le taux de transformation, le taux de rebond, le temps passé sur une page,… Mais, comment mesurer dans l’environnement offline ? La réponse est exactement la même !

Combien de clients potentiels passent chaque jour face à mon établissement ?

Combien d’entre eux rentrent dans mon établissement?

Combien parmi eux achetent et combien repartent sans acheter?

Combien de temps en boutique passent les acheteurs?

Est-ce que mon personnel est bien reparti tout au long de la journée/semaine ?

Est-ce que la boutique qui vend le plus est la plus rentable? Quelle boutique a le plus de potentiel ?

Mes campagnes de marketing sont-elles efficaces ?

Est-ce que ma vitrine est attractive ?

Des Retailers comme Marks&Spencer ou Virgin Megastore ont augmenté de jusqu’à 20% leurs ventes en boutique en appliquant des technologies de mesure de fréquentation, et bien entendu en analysant les résultats pour optimiser certaines stratégies d’administration du personnel, d’horaires d’ouverture ou d’inventaires de produits tout en affectant les décisions prises par certains départements de l’entreprise : Ressources humaines, département du développement, marketing,…

Les mesures se réalisent grâce à des technologies comme des tapis intelligents qui comptent les personnes grâce à des capteurs qui comptent les pas ou les cartes de fidélité que les clients ont dans leur portefeuille,…

Toute l’analyse réalisée à travers les stratégies du Retail Intelligence devrait être en relation directe et analysée conjointement avec les données du comportement du consommateur sur le web pour identifier des relations entre les différents canaux et profiter de possibles synergies.

Nous avons l’habitude d’insister sur le fait que le département Marketing doit savoir ce qu’il se passe sur le web, mais sommes-nous conscients que les analystes web et/ou le département marketing doivent savoir également ce qu’il se passe dans leurs boutiques ?

Et vous, qu’en pensez-vous ?

[youtube]oBaiKsYUdvg[/youtube]

Un comentario en Les analystes de l’environnement offline

  1. Pingback: Les analystes du monde offline | Retail Intelligence | Scoop.it

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Notifiez-moi des commentaires à venir via email. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.