Actu Retail

Reconnaissance faciale dans le point de vente

Auteur: – Source: Presse-Citron

Production de masse ? Has been. Segmentation ? Tellement 20ème siècle. Nous plongeons à pieds joints dans l’hypersegmentation, toujours plus individualisée, spécifique, différenciée… Et plurimédias.
Les cookies, on connaissait. Les super cookies, aussi. Des outils très utiles en marketing digital, qui permettent aux marques de collecter un certain nombre de données utilisateurs dans le but d’adresser leurs messages publicitaires à une cible très précise. En somme, la qualité au détriment de la quantité. Mais la publicité comportementale commence à s’exporter en dehors du média Internet… en exhalant au passage un parfum d’année 1984.

La dernière trouvaille en matière de marketing one-to-one ? La reconnaissance faciale : des supports publicitaires dopés (panneaux, kiosques, ou encore distributeurs automatiques) qui seront capables d’afficher telle ou telle publicité selon ce que votre visage révèle de vous. Plus spécifiquement, ces dispositifs, développés par Microsoft et Intel, permettront de mesurer différentes caractéristiques physiques de l’individu se trouvant devant l’appareil (distance entre les yeux, largeur du nez, longueur de la mâchoire…) afin de dégager son profil démographique. La finalité est différente de celle recherchée par la police ou les casinos : il ne s’agit pas d’identifier des individus précis grâce à une base de données picturale, mais de comparer les mesures effectuées aux « traits standards » caractérisant les visages masculins, féminins, jeunes et vieux.
De grandes marques se penchent déjà sur la question. Adidas, par exemple, prévoit de tester des murs digitaux dans plusieurs de ses magasins aux Etats-Unis et en Grande Bretagne. Les produits affichés changeront selon l’âge et le sexe du spectateur (collections spécifiques aux jeunes, aux hommes, aux femmes…). Kraft, de son côté, prévoit d’installer ces dispositifs dans une chaîne de supermarchés. Même finalité qu’Adidas : proposer des contenus adaptés grâce à l’analyse des traits du visage, par exemple des conseils de cuisine incluant les produits de la marque pour les femmes. Chris Aubrey, vice-président du global retail marketing d’Adidas, a compris tout l’enjeu commercial de cette innovation : « Si un vendeur est capable de suggérer rapidement le bon produit à ses consommateurs, cela entraîne une probabilité d’achat plus importante »
A noter que d’autres fonctionnalités, plus interactives, seront disponibles sur ces écrans : sélectionner une publicité en particulier, afficher un plan du point de vente, parcourir les produits disponibles, ou encore envoyer des bons d’achat vers son smartphone.

A partir de là, on peut aisément spéculer et étendre ces fonctionnalités à d’autres types de publicité comportementale. Vous sortez les mains vides de chez Marionnaud? Qu’à cela ne tienne, une caméra de surveillance présente dans le magasin transmet vos données faciales à un panneau publicitaire proche, qui reconnaît votre visage et affiche les dernières promotions en matière de produits de beauté. Le retargeting à la sauce George Orwell.
www.t-cuento.fr

3 comentarios en Reconnaissance faciale dans le point de vente

  1. Pingback: Reconnaissance faciale dans le point de vente | Retail Intelligence | Scoop.it

  2. Pingback: Reconnaissance faciale dans le point de vente | Les points de vente du futur | Scoop.it

  3. francoisrepond

    Pas besoin de faire appel à Orwell, ce fantasme de la reconnaissance faciale était annoncée dans l’ « excellent » film Minority report.

    Accessoirement, cette question pour le coup renvoie à la question de big brother et de stockage de données personnelles à laquelle s’est frottée la RATP en matière de publicité sur ses écrans de television …..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Notifiez-moi des commentaires à venir via email. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.