Actu Retail

Le RFID s'impose dans le commerce

Source: Graphiline

Défi à la fois économique, technique et organisationnel, la RFID a désormais trouvé sa vitesse de croisière. Quelques chiffres l’attestent, le marché des étiquettes EPC (Electronic Product Code) a connu en 2010 une croissance de 125% (en volume d’étiquettes), les prévisions pour 2011 et ces prochaines années sont plus qu’optimistes : leur consommation sera multiplié par cinq. L’univers du textile représentant à lui seul cette année, 1,5 milliard de tags EPC pour le marquage des vêtements. La diversité des secteurs d’activité, qui aujourd’hui utilisent cette technologie, est aussi un signe. Si la mode et l’habillement ont ouvert la voie, une série d’initiatives prometteuses ont eu lieu dans l’univers de la bijouterie, de l’électronique grand public, du bricolage, du sport, des vins et spiritueux.
La 2ème édition de l’International RFID Congress (4 et 5 octobre 2011 à Lille) arrive donc à point nommé pour relater et débattre autour des expériences menées par le monde du retail. GS1 sera co-organisateur de cet événement avec le Centre National de la RFID, le PICOM (Pôle de Compétitivité Industries du Commerce) et le CITC (Centre d’Innovation des Technologies sans Contact).
Aux Etats-Unis, la mise en œuvre du marquage EPC des articles prend depuis 2010 une tournure collaborative. Quinze distributeurs sont désormais fédérés au sein d’un groupe de travail animé par l’association VICS (Voluntary Interindustry Commerce Standards) et GS1 US. Ces acteurs s’accordent sur le ciblage des catégories de produits et les cahiers des charges de marquage. En l’occurrence, définir les modalités pratiques de mise en œuvre demandées aux fournisseurs. Cette approche tournée vers la concertation et la mise en commun, dans la droite ligne de la démarche GS1, facilite grandement le déploiement.
etiquette-rfid
Par ailleurs, les paybacks des développements sur le marché américain sont estimés dans une fourchette de 12 à 18 mois pour les distributeurs intégrés, de 6 à 9 pour les autres qui n’ont pas à leur charge le coût des étiquettes. Les projets de déploiements de l’EPC entrent ainsi dans un cadre beaucoup plus conventionnel au regard des critères d’éligibilité des projets d’investissements.
Enfin, l’opportunité de combiner et de rentabiliser au sein d’une seule technologie, trois usages cruciaux en magasin : le contrôle des stocks magasin, le contrôle et l’accélération des flux logistiques ainsi que la suppression des marquages antivol, est un argument de poids pour l’usage d’EPC. Sachant que l’on observe qu’il n’est nullement obligatoire de les cumuler pour obtenir un ROI attractif dans le secteur de la mode et de l’habillement.
Le 4 et 5 octobre, l’International RFID Congress consacrera ces 2 jours de conférences aux enjeux métiers pour le secteur du commerce et des biens de consommation. De nombreuses têtes d’affiche seront présentes… Patrick JAVICK, VP Industry Engagment – Apparel and General Merchandise, GS1 US, présentera le retour sur expérience du déploiement de la RFID aux Etats Unis qui a révolutionné l’industrie du textile notamment chez les distributeurs tels que JC Penney, Wal-Mart, Levi’s, Macy’s… La plénière d’ouverture se fera en présence d’Arnaud Mulliez du groupe Auchan.
Pour faciliter les échanges, les sessions seront organisées par thématiques : « Limiter les ruptures et augmenter la satisfaction client », « Lutter contre la démarque inconnue », « Optimiser vos organisations supply-chain ». Des espaces de démonstration présenteront au public les solutions innovantes en magasin et pour la supply chain.
www.t-cuento.fr

Un comentario en Le RFID s'impose dans le commerce

  1. Pingback: Le RFID s'impose dans le commerce | Retail Intelligence | Scoop.it

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Notifiez-moi des commentaires à venir via email. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.