Témoignages d'experts

Entretien avec Ricardo Rustarazo sur le Retail Intelligence

Ricardo Rustarazo est membre fondateur du cabinet de conseil Retail & Trade Marketing, spécialisé dans le Marketing et orienté dans le Retailing depuis 1986, et co-fondateur du Club Retail pour le développement du commerce spécialisé en Espagne et Portugal regroupant plus de 45 enseignes avec plus de 5.000 points de vente. Il participe également en tant qu’expert aux différents programmes de la prestigieuse école de commerce ESADE et collabore en tant qu’intervenant dans divers actes et conférences de Chambres de Commerce, d’organisations et associations de retailers,…
Nous l’avons rencontré avec l’objectif de connaitre son opinion sur les nécessités, connaissance et pénétration du Retail Intelligence dans le secteur Retail espagnol à partir de son expérience et connaissance du secteur.
– Situation actuelle du Retail Intelligence en Espagne : Quel niveau d’implantation technologique avons-nous en Espagne ? Connaissons-nous les possibilités et les fonctionnalités du Retail Intelligence ?
Comme dans d’autres secteurs, il y a de grandes différences entre les entreprises, en fonction de leur taille et du numéro de points de vente, des caractéristiques du format business (en relation avec le nombre de référence, volume des opérations,…) et de l’usage des différents systèmes d’informations et opérations (carte de fidélisation, base de données clients, gestion des stocks,…).
Mais il y a quand même une certaine réalité en cette période de turbulences du marché : les entreprises qui ont développé des outils de gestion de l’information sont en meilleures conditions de diagnostiquer et identifier les leviers d’amélioration de leur réponse au marché et de leurs opérations tout en améliorant l’efficience commerciale et rendement.
– Quel pays est le plus développé en ce sens et quelles sont les points principaux à tenir en compte en adoptant ce modèle?
Sans aucun doute les pays dans lesquels les organisations détaillistes ont atteint un volume important, tant en leur points de vente comme en terme de présence dans différents marchés. Les Etats-Unis, le Royaume-Uni, la France ou l’Allemagne disposent d’une structure de chaines de détaillants qui nécessite des outils du Retail Intelligence pour gérer leurs portfolios si amples en points de vente comme leurs diversifications géographiques, tout comme certains retailer espagnols comme Inditex, Mango, Desigual,… Je dirai que, en ce sens, cela dépend davantage du degré de développement et de l’implantation du retailler que de l’origine géographique de celui-ci.
– Quelles sont les principales fonctionnalités du Retail Intelligence?
Si l’on définit le Retail Intelligence comme un système de recueil, traitement et interrelation de l’information qui se génère dans les opérations du retailer, en le mettant en relation avec les variables internes (l’assortissement, l’espace, les prix, les promotions, le staff) comme externes (zones d’affluence du point de vente, personnes qui passent devant le point de vente et personnes qui rentrent dans la boutique) ; il est évident que le Retail Intelligence offre une claire opportunité d’identifier des axes d’amélioration du comportement du retailer dans son environnement.
Connaitre les différents indicateurs du rendement, comme la part de marché capté, le taux de pénétration piétons – visiteurs, le taux de transformation visiteurs – ventes, le panier moyen d’achat, le taux de service (personnel – visites – ventes),… permet d’identifier de manière claire les leviers de l’amélioration.
– Comment le Retail Intelligence peut aider à optimiser et rentabiliser un business retail?
Sans aucun doute, en identifiant les variables qui permettent une amélioration de notre réponse dans notre formule commerciale envers le marché et envers la gestion interne des opérations. Ce que l’on peut identifier et mesurer nous permet de diagnostiquer si nous atteignons les objectifs fixés et prendre ainsi les mesures de correction et d’amélioration nécessaires pour les atteindre.

– Quels facteurs recommanderiez-vous à l’heure de choisir un outil du Retail Intelligence?

Consistance, flexibilité, capacité de correspondance et orientation à la prise de décisions me paraissent les principaux facteurs à tenir en compte ; sachant que l’on risque de se perdre dans cet excès d’information que les bases de données opérationnelles génèrent dans n’importe quelle organisation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Notifiez-moi des commentaires à venir via email. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.